DEAES : SOCLE COMMUN DF4 Condensé des cours

Un condensé des cours du socle commun DF4 pour la formation d'Accompagnant Educatif et Social. Un document pratique pour ne retenir que l'essentiel. Un modèle écrit pour vous apprendre à rédiger une note qui vous servira de base pour votre oral. Cliquer sur "DETAILS" pour lire un extrait.

Plus d'informations

6,00€ TTC

POUR UN ACHAT RAPIDE EN UN CLIC : ACHETER

En choisissant ce mode de paiement en UN CLIC votre commande vous sera adressée par mail "secretaire06@orange.fr" sous un délai de 48 heures

 

Pour pouvoir la TELECHARGER IMMEDIATEMENT choisissez "AJOUTER AU PANIER" et créez votre compte.

 

ACCOMPAGNANT EDUCATIF ET SOCIAL

SOCLE COMMUN DF4 : CONDENSE DES COURS

Participer à l'animation de la vie sociale et citoyenne de la personne.

Un document pratique pour ne retenir que l'essentiel.

Un modèle écrit pour vous apprendre à rédiger une note de 3 pages qui vous servira de base pour votre oral.

Une méthode pour vous apprendre à développer votre oral : 

- Savoir capter l'intérêt du jury

- Apprendre à parler en public

- Faire un exposé vivant et professionnel.

UN COURS EXTRAIT DU CONDENSE:

  1. LES ACTIVITES ET LES ANIMATIONS

L’activité peut être individuelle ou se faire en groupe, être ponctuelle ou se répéter dans le temps.

Toute personne a besoin de temps en temps de sortir du quotidien pour se faire plaisir ou de faire une activité qui va lui apporter un lien social et lui éviter l’isolement, ou pour se sentir encore utile.

Proposer des activités en institution ou à domicile n’est pas toujours simple pour l’AES. La proposition de l’AES devra tenir compte :

- des centres d’intérêt de la personne (bien la connaître est indispensable)

- du projet personnalisé de la personne

- des capacités en termes d’encadrement, d’espace, de matériel, de budget, que ce soit en institution ou au domicile.

- mais aussi des compétences de l’AES à savoir animer un atelier selon les centres d’intérêts des personnes. L’AES peut être accompagné par d’autres professionnels durant une animation.

- les activités ou animations doivent aussi tenir compte des compétences, capacités ou incapacités de la personne, et surtout des demandes et besoins des personnes accompagnées. L’AES doit être à l’écoute, observer, analyser, poser des questions.

Les activités proposées peuvent correspondre à une ou plusieurs dimensions :

Corporelles : activités sportives : danses, gym douce, piscine

 

Sensorielles et relaxantes :

- Le snoezelen qui est basé sur la respiration, la relaxation avec des lumières ou des fonds musicaux qui permettent la relaxation du corps et de l’esprit.

- La lecture de contes ou livres : l’histoire racontée exige de l’attention, de la concentration, elle permet à l’imagination de vagabonder, de se laisser bercer la voix du conteur.

L’AES peut aussi solliciter les participants à répéter des mots, résumer la lecture, imiter le bruitage de tel personnage ou animal...

Elle peut solliciter le groupe à inventer une suite à cette histoire ou de créer une histoire, chacun racontant une petite partie.

- L’esthétique : coiffure, soin des ongles, du corps, maquillage. Ces soins peuvent être proposés de manière individuelle, ou sous forme « de salon », impliquant alors plusieurs personnes, alliant ainsi en plus l’aspect social de l’activité.

Cette activité sert à valoriser l’image de soi. Activité plus féminine

 

Cognitives :

Souvent en institution ou à domicile, tout est pensé pour la personne, on ne sollicite plus beaucoup sa contribution ou sa réflexion. L’AES aura un travail important à faire pour stimuler et entraîner la mémoire des personnes.

- Faire travailler la mémoire « autobiographique » de la personne : ses souvenirs anciens, son vécu.

- Faire travailler la mémoire « sémantique », c’est-à-dire toutes les connaissances stockées acquises au cours d’une vie (scolaire, nom des personnes qu’elle a connu et peut reconnaître en voyant leur image sur des photos, souvenirs de vacances, de son ancien métier...

- Les jeux de société sont des outils importants pour développer les fonctions cognitives, la mémoire, la prise de décision, la concentration. Ils associent aussi le lien social entre les participants, l’aspect éducatif des règles à respecter, la préhension fine pour jouer avec des pions ou des cartes. Ces jeux développent aussi le sens du plaisir, l’apprentissage. Eviter l’esprit de compétition qui peut être ressenti comme un échec pour le perdant, ce n’est pas le but, bien au contraire.

 

Communication et expression :

Le théâtre : on apprend à utiliser son corps, sa mémoire, à être attentif à l’autre, se situer dans l’espace, faire partager des émotions (rire, larme). Prendre de la distance avec des situations vécues en les « jouant ». Apprendre à se sentir plus à l’aise, moins timide à travers les jeux de scène.

La musique, le chant ont aussi des effets thérapeutiques bénéfiques. Les activités musicales peuvent être actives (jouer d’un instrument ou chanter) ou réceptives (écouter un CD, un concert). Ces activités peuvent se pratiquer seules ou en groupe (chorale).

On peut aussi apprendre à jouer d’un instrument seul ou en groupe.

La rédaction d’un journal interne : il présente un intérêt pour les participants à faire connaître leur vie collective au sein de l’établissement, ils ont quelque chose à faire partager à leurs lecteurs. Chacun peut y participer selon ses capacités : écriture, dessins, photocopies, collage, photos, reliure, distribution du journal. C’est une œuvre collective et un excellent outil de cohésion d’un groupe ou chacun est valorisé.

Les réunions pour discuter en groupe : sur un thème précis ou sur rien de particulier. Ce moment permet aux personnes de se retrouver, d’échanger, de s’affirmer.

On y apprend à respecter les règles d’usage : politesse, droit et temps de parole.

Ce moment peut être accompagné de la dégustation d’un café ou autre et chacun peut y apporter des journaux, photos qui seront autant de sujets de conversation.

Les réunions d’établissement : Elles sont en général pratiquées une fois par semaine entre professionnels et résidents. Elles permettent l’informations des résidents sur ce qui va se passer dans la semaine, permettent des inscriptions à certaines activités proposées. Puis chaque résident aura le loisir de s’exprimer sur un problème rencontré ou un souhait pouvant toucher bien des domaines.

 

Activités de socialisation :

- Promenades à l’extérieur (à pied, en vélo, bus...), elle est utile pour sortir à l’extérieur, prendre l’air, se dépenser, avoir un lien avec le quartier, les commerçants, rencontrer des personnes, des voisins.

- Inscription dans des clubs proposant diverses activités favorise ainsi les rencontres et le lien social.

- Les courses font appel à différentes fonctions : la mémoire (préparer la liste), être capable de planifier ses besoins, gérer son budget, elles sont un lien social avec les commerçants et les autres clients.

Activités culturelles et artistiques :

- Les expositions ou cinéma : L’ouverture à la culture est importante et peut ouvrir de nouveaux horizons pour certaines personnes.

Les activités artistiques : Création musicales, peintures, sculpture, mosaïque, poterie etc....Certaines de ces activités demanderont des compétences que l’AES devra savoir appréhender. Il faudra aussi tenir compte du matériel et du budget nécessaire. Elles pourront être juste artistiques pour le plaisir, pour offrir ou à visée productives (ventes en exposition).

L’AES devra bien faire attention à ne pas dévaloriser le travail de la personne (destruction de l’œuvre ou rangement au fond d’un placard).

Les activités spirituelles :

L’AES exerce dans un établissement laïque. Elle peut cependant accéder aux demandes de la personne qui veut participer à un culte religieux ou autre. Certains établissements proposent des lieux de culte (chapelles), ou bien il est aussi possible d’avoir recours à des associons religieuses selon la culture de la personne.

A domicile la personne aidée peut demander à être accompagnée à la messe, ou autre, ou au cimetière pour se recueillir sur ses défunts.

La prière, la foi ont parfois une grande importance dans la vie de la personne, l’AES doit en prendre compte dans son accompagnement.

Les activités en lien avec la nature :

Les activités liées au jardinage sont souvent présentes, elles apportent détente, création, réapprennent le cycle des saisons, elles font appel à la mémoire (nom des plantes, fleurs, légumes...), au sens créatif. Il est important pour l’AES d’adapter cette activité à l’âge de la personne et à ses difficultés pour se baisser, le manque de force dans les mains. Le mieux est de travailler sur des jardinières surélevées accessibles à la personne.  Il existe dans certains établissements un endroit spécifique réservée au jardinage. A domicile l’AES peut aider la personne à fleurir ses balcons avec des jardinières ou l’aider à entretenir son petit bout de cour ou de jardinet devant la maison. La personne sera valorisée, fière de participer à ce travail.

- Les activités en lien avec les animaux :

Il est démontré depuis plusieurs années que l’animal a un effet bénéfique sur des personnes en souffrance psychologique ou en situation de handicap. Les animaux ont un pouvoir rassurant, affectueux, les personnes ont confiance. Les caresses sur leurs poils doux est apaisante. Les animaux ressentent beaucoup de choses, un chien ou un chat va ressentir la tristesse ou la solitude d’une personne et restera prêt d’elle, si elle a mal il aura tendance à s’installer près de la partie douloureuse pour la « réchauffer ». Les chiens d’aveugles ont une importance capitale dans la vie quotidienne des malvoyants.

Les activités domestiques :

A domicile il est important de pouvoir faire participer la personne, selon ses capacités, à certaines activités domestiques. Elle doit se sentir utile, responsable dans son lieu de vie, elle doit encore pouvoir décider et non pas un simple « spectateur ».

L’AES peut la faire participer à la liste des courses après avoir vu ensemble ce qui manquait, faire les achats ensemble si cela est possible, faire quelque tâches de cuisine (laver, couper des légumes), repasser des choses simples, trier ou plier le linge, aller chercher le courrier ou le poster, faire le tri sélectif, sortir vider la poubelle, ranger ensemble des tiroirs pour rendre certaines choses plus accessibles, faire du tri dans les armoires pour ne conserver que ce qui est utile, voir ensemble si on peut donner le reste à une association...Faire participer la personne fait partie du travail de l’AES.

En institution, l’AES peut faire aussi participer la personne au rangement de son armoire, au tri des livres ou revues, l’emmener à l’extérieur faire quelques petits achats vestimentaires ou alimentaires, ou des livres....

  1. LE GROUPE

 

Il est important de parler de la notion de GROUPE car l’AES est au sein d’un groupe au niveau professionnel, et elle va devoir gérer un GROUPE lors d’une activité.

On appelle dynamique de groupe l’ensemble interactions entre les membres du groupe et qui résultent des rapports humains au sein d’un groupe.

En observant les personnes dans le groupe, l’AES pourra percevoir leurs traits de caractères et leurs difficultés et pourra ainsi mieux répondre à leurs attentes et mieux les accompagner.

L’AES qui va animer un groupe lors d’une activité devra veiller à la bonne cohésion entre les participants.

Le groupe est une organisation de personnes en relation les unes avec les autres dans un environnement donné et ayant un objectif commun.

Quelques notions sur le groupe :

On voit émerger deux types de personnalités :

  • Les dominants (ou leaders) qui vont influencer le groupe. Ils peuvent avoir une attitude positive d’aidant : ils pourront susciter la coopération, l’entraide la solidarité entre les membres du groupe. Ils pourront réduire les tensions, déjouer les rivalités, favoriser le dialogue, écouter les arguments des autres. A l’inverse ils peuvent avoir une attitude négative en voulant tout diriger dans le groupe, accaparant la parole, mettant les autres « de côté ».
  • Les dominés sont souvent des personnes soumises qui ont des difficultés à échanger, à prendre la parole en groupe, le plus souvent elles « suivent les dominants ».

etc.....

 

Ajouter un commentaire